Portraits des gens de l’industrie

Une femme aux commandes : Carole Thibault

«LA TRANSFORMATION LAITIÈRE C’EST MON INDUSTRIE»
Carole Thibault compte parmi les femmes qui changent le visage de l’industrie laitière. Aujourd’hui première femme présidente du Conseil des industriels laitiers du Québec (CILQ), lorsqu’elle s’est jointe à l’association en 2013, elle était la seule femme à siéger au conseil d’administration.

Pour lire l’article complet mis en ligne par l’Association des transformateurs laitiers du Canada (ATLC) cliquer ici.

 

 

« Politiques, réglementation, marketing, sciences : l’industrie laitière englobe tout! » — Catherine Tokarz

Catherine Tokarz n’a pas toujours œuvré au sein de l’industrie laitière. Avant de commencer sa carrière chez Saputo et d’accéder au poste de vice-présidente principale, affaires gouvernementales, Catherine s’est éloignée du secteur laitier pour approfondir ses connaissances en commerce international. Lorsqu’elle est revenue au sein du secteur laitier, c’était pour relever un objectif de taille puisqu’elle représenterait l’un des plus importants transformateurs laitiers au monde.

Pour lire l’article complet mis en ligne par l’Association des transformateurs laitiers du Canada (ATLC) cliquer ici.

 

« J’aime l’industrie laitière. Toute l’industrie alimentaire me passionne! » — André St-Amour

Ayant passé ses premières années dans la ferme laitière de son grand-père dans le nord de l’Ontario, les produits laitiers ont toujours occupé une place particulière dans le cœur d’André St-Amour, directeur de l’usine de General Mills à Saint-Hyacinthe. Comptant plus de 30 ans d’expérience dans le secteur, André sait que l’industrie alimentaire est en constante évolution. Il voit ces changements dans les tendances de consommation comme un défi passionnant. « Dans le passé, l’industrie alimentaire créait les catégories et les consommateurs les acceptaient, mais maintenant, les consommateurs sont les moteurs du changement. Ils exigent des choses différentes et nous devons nous adapter à ces nouveaux besoins ».

Pour lire l’article complet mis en ligne par l’Association des transformateurs laitiers du Canada (ATLC) cliquer ici